Hasselblad 503CW

Victor Hasselblad - Göteborg - Sweden

6x6cm SLR system camera with interchangeable lenses, view-finders and backs
Lens: Carl Zeiss Distagon CF T* f4 - 40mm
Central shutter 1 - 500 + B in lens
PM-5 metered prism finder
Winder for motorized film transport

Introduced: 1996

Caméra reflex 6x6cm système avec dos, objectifs et viseurs interchangeables
Objectif: Carl Zeiss Distagon CF T* f4 - 40mm
Obturateur central 1 - 500 + B dans l'objectif
Viseur prisme à cellule incorporée
Transport motorisé du film.

Introduit: 1996

h-503cw.jpg

Commentaires

  • Je suis envieux
    JP

  • Superbe cet appareil! Bisoussssssssss

  • Chers amis,


    Devant un si bel appareil, un excellent produit, on reste sans voix.

    Nul besoin d'écrire de sa plus belle plume ou de laisser courrir ses mots sur le papier.
    Remettons notre porte-plume dans son plumier.

    Mais avant je te dis quand même que tu seras fier comme paré de belles plumes qui sont celles du paon,
    lorsque tu seras de sortie avec cet appareil.
    Vu le prix probable de celui-ci, j'espère que tu n'auras pas à y laisser quelques plumes.
    Tu me répondras sans doute, qu'une fois payé, tu t'es senti léger comme une plume.

    Parfois je me pose quand même des questions, vu tous les progrès, avec la maîtrise du mode d'emploi,
    irons nous encore plus loin ?
    Quel est l'avenir de la photographie, tout le monde s'y colle.

    Sujets illimités diront certains, répitition dirons d'autres. Je crois que seul la créativité, l'insolite, la recherche, mériterons
    que l'on s'attarde sur une photo.
    Au delà du naturel, de l'exercice de photographier, il y a toute cette technologie mise à la disposition des photographes
    qu'ils soient amateurs ou se nomment professionnels qui usent et abusent de ces programmes qui permettent de :

    -corriger et d'améliorer une image
    -procéder à des retouches
    -supprimer des éléments indésirables
    -créer des effets de textes
    -faire des photo-montages et des mises en scène.

    Nous ne reverrons plus le temps du " petit kodak " qui servait à immortaliser les portraits des êtres qui nous étaient chers,
    ceux que l'on voulait garder en photo, des souvenirs que l'on collait avec des coins- photos dans un album , comme
    on disait... Pour plus tard.

    Fini le temps de cette bobine qui faisait peur lorsqu'il fallait la placer dans l'appareil et cette angoisse de ne pas voir
    apparaître " le chiffre 1 "

    C'était le temps, des surprises, il fallait porter la bobine chez le photographe et le résultat n'était connu qu'une semaine
    plus tard.
    Ah! Ma première bobine, quelle histoire, des craintes , de l'espoir. La remise de cette pochette avec dessus une belle image

    Il ne fallait pas l'ouvrir, c'est devant la famille réunie, que l'on decouvrirait ces images figées pour des générations
    et des générations.
    A moi, l'honneur. J'étais le photographe , c'était moi il y a huit jours qui avait poussé sur le bouton. Je m'étais bien
    appliqué, mais avec cette première photo, celle de l'oncle Roger, on pouvait dire qu'elle était bien ratée, il
    manquait le dessus de sa tête!
    La seconde n'était pas mieux, toute floue et la troisième toute noire.

    Je n'étais pas très fier, mais les suivantes seraient......Eh non!
    La quatrième, j'avais du mettre l'index devant l'objectif en tenant l'appareil et la cinquième, qui aurait pu être bien,
    le chien avait bougé.
    Bref, pour la sixième, le flash, en effet s'était déclenché , on ne distinguait plus les traits de tante Thérèse.

    Tout le monde commençait à désespérer, surtout que la septième, bien que n'ayant aucun défaut, tout le monde
    qui y figurait avait les yeux fermés.
    Sur la huitième, je me demande toujours pourquoi grand-père s'était retourné, sans doute cherchait t-il grand mère
    pour qu'elle vienne s'asseoir à ses côtés?

    C'était désespérant, surtout que sur le neuvienne, il y avait une ombre qui n'était que la mienne.
    Enfin , commd toutes les histoires ont une belle fin, les trois dernières étaient parfaites, mais bien chères payées,
    car sur l'enveloppe il est encore mentionne 196 francs belges , développement compris.

    Il faut cependant dire je n'étais pas outillé au même titre que mon amis Frans.

    A demain

  • Joli petit bijou !

Les commentaires sont fermés.